Le nom du Ministère a changé. De Ministère des Solidarités et de la Santé, il est devenu Ministère de la Santé et de la Prévention. Est-ce à dire que la prévention est enfin au cœur du système de santé français ?  

Le président de la République et la Première ministre ont effectivement fait le choix de placer la prévention au cœur de ce ministère de la Santé « et » de la Prévention. La France avait un certain retard en matière de politiques publiques de prévention au regard de nos voisins européens : c’est aujourd’hui une priorité.

Prévenir plutôt que guérir : pour cela, avec François Braun, nous avons par exemple inscrit dans le PLFSS 2023 les trois nouveaux rendez-vous santé aux « âges clés » de la vie. Des contenus adaptés aux trois tranches d’âges : à 25 ans, il est primordial de renforcer la prévention primaire en créant une consultation spécifique pour prévenir les cancers, lutter contre les addictions, favoriser une alimentation saine et une activité physique suffisante. A 45 ans, les priorités seront de prévenir l’apparition de maladies chroniques tels que le cancer, le diabète ou les maladies cardio-vasculaires, grâce à une évaluation systématique des facteurs de risque.  A 65 ans, il sera important de prévenir et dépister l’apparition de fragilité et de perte d’autonomie grâce à une approche globale et en promouvant l’activité physique et une alimentation équilibrée.  

G

grange.benedicte

Plus d'actions