top of page
L'actualité des podologues
  • Photo du rédacteurPUBLIC

Retour sur la formation de l'UP du 24 mars dernier, à Orléans !

Session complète ce vendredi 24 mars à Orléans pour la formation par l'Union des Podologues, en partenariat avec PhysioLearn sur la Connaissance et prise en charge du Syndrome main-pied.


Cette formation proposée par l'Union des Podologues en partenariat avec PhysioLearn semble avoir été un succès.

Meriem KOUIDRI, présidente de l'Union des Podologues.


En effet, les professionnels pédicures-podologues ont été formés à améliorer la prise en charge des patients atteints de cancer souffrant du syndrome main-pied. Les connaissances nécessaires pour diagnostiquer et traiter les effets indésirables sur la peau et les ongles ont été renforcées.


Les précautions pour les soins podologiques ainsi que la coordination avec les autres acteurs de santé tout au long du parcours du patient ont été mises en avant tout au long de cette formation. Les résultats semblent probants, car de nombreux patients ont témoigné d'une amélioration significative de leur qualité de vie grâce à une prise en charge plus efficace et mieux coordonnée.


Cette formation a permis aux professionnels de mieux comprendre les enjeux liés aux effets secondaires du traitement du cancer sur les mains et les pieds, souvent négligés. Grâce à cette formation, les patients atteints de cancer peuvent désormais bénéficier de soins plus adaptés et plus efficaces pour traiter les symptômes liés au syndrome main-pied.



Lumière sur TOC 2.0, l’application complétant le rôle du pédicure-podologue dans la prise en charge des patients sous traitement anti-cancéreux.



“TOC 2.0 est une solution numérique centrée sur les toxicités unguéales sous taxanes associant un questionnaire patient et un algorithme de détection d'images permettant de classer ces toxicités selon différents grades. TOC 2.0 intervient au moment de la phase aiguë des traitements : quand le patient a besoin d'être rassuré sur un sujet très spécifique, peu pris en compte par les soignants pouvant être anxiogène dans le contexte déjà difficile du cancer et de ses traitements. L'objectif est de permettre une détection précoce, de fournir des fiches conseils au patient avec une éventuelle orientation vers un podologue."

L’équipe TOC 2.O


Dans le cadre du Diplôme Universitaire de santé connectée de l'hôpital Bichat, une équipe de professionnels de santé a imaginé cette application. Elle n’a pas vocation à exister de façon autonome et surtout pas à s'ajouter à d’autres services déjà proposés aux patients. Cela ajouterait encore de la complexité pour le patient qui risquerait de ne pas l’utiliser.

C’est pourquoi ses créateurs l’ont plutôt imaginée comme une brique s’intégrant dans une application de portail patient déjà existante et utilisée avec succès. Elle est bien pensée, efficace et accompagnée dans son développement par “la forge”, c’est pourquoi elle a de fortes chances de se retrouver entre les mains des patients pour les aider à bien gérer et à prévenir les conséquences des traitements anti-cancéreux.


TOC 2.0 ne remplacera pas les pédicures-podologues qui doivent impérativement se saisir de ce sujet essentiel sous peine de laisser d'autres professionnels le faire à leur place du fait du vide laissé. Ils doivent se former à la prise en charge de ces patients car ils ont un rôle important à jouer. Actuellement, faute d'un nombre suffisant de pédicures-podologues formés à cette prise en charge, les patients sont trop souvent orientés vers des cabinets d'esthétique. A n’en pas douter, de plus en plus de patients auront besoin des conseils et des soins d’un professionnel de santé compétent et qui d’autre que le pédicure-podologue pour le faire ?


Comme évoqué dans la fiche outil N°4 de la recommandation de bonnes pratiques de la HAS (Haute Autorité de Santé), le syndrôme main-pied, l’onycholyse, et la paronychie ont des effets secondaires qui dégradent la vie des patients de manière significative. Ils peuvent affecter gravement la qualité de vie du patient mais aussi entraîner une non-adhésion au traitement anticancéreux et nécessiter une réduction de la dose voire même une interruption de traitement. Les conséquences sont donc d’importance, c’est pourquoi la HAS stipule qu’une consultation chez un pédicure-podologue est nécessaire afin de :

  • prévenir et diminuer un syndrome main-pied ;

  • maintenir le traitement anticancéreux au dosage initialement prescrit ;

  • garantir une meilleure qualité de vie au patient


Le pédicure-podologue a un rôle à jouer en amont de la chimiothérapie, mais aussi pendant toute la durée du traitement, toujours selon les recommandations de la HAS, afin de prévenir la survenue des effets secondaires et de garantir une meilleure qualité de vie.


Conformément aux recommandations de la HAS, l’Union des Podologues demande la prise en charge, sur ordonnance d’un médecin, d’une consultation en amont d’un traitement par chimiothérapie ou thérapie ciblée, chez le pédicure-podologue, pour prodiguer les conseils de préventions ainsi que les soins adaptés, mais aussi des séances de suivi nécessaires durant toute la durée des traitements afin d’assurer un suivi régulier du patient dans les semaines qui suivent le début du traitement pour permettre de surveiller l’évolution des symptômes et prodiguer les soins adaptés.


Consulter la source ici






52 vues0 commentaire
bottom of page